Bakary FOFANA
Siège de la CENI

Bakary FOFANA

Président de la CENI

Siège de la CENI

Dans le cadre de l’organisation des élections locales et conformément à son chronogramme, la CENI  organise un atelier d’appropriation sur le cadre juridique et institutionnel des élections locales ainsi que le mode opératoire de la correction et du réaménagement de la cartographie des bureaux.

Pour ce faire et compte tenue de l’importance de l’activité, un atelier se tient du 25 au 26 juin 2016.

L’objectif spécifique de l’atelier est d’outiller les 92 participants sur le cadre juridique et institutionnel des élections locales, présenter le mode opératoire global des opérations de réaménagement de la cartographie des bureaux de vote, expliquer la procédure des divergences liées à la localisation et à l’implantation des bureaux de vote, expliquer la procédure de recueil  des anomalies constatées sur les listes électorales de 2015, expliquer aux participants la procédure de rattachement des bureaux de vote aux secteurs et la méthode de remplissage des fiches d’identification des centres de vote, expliquer aux participants la procédure de correction informatique des anomalies liées au découpage administratif.

Dans son discours d’ouverture, le Président de la CENI, Bakary Fofana, a déclaré que beaucoup d’espoir pour la réussite des élections locales repose sur cette mission d’envergure que son institution s’apprête à lancer. Selon lui, cette opération est d’une importance capitale parce qu’elle suit l’installation des démembrements. Il dira que cet atelier pourra se résumer en ce qu’il faut appeler « en route vers les élections locales ». 

M. Fofana a déclaré que l’atelier en question est une suite des séries de rencontres que la CENI a eues avec les parties prenantes au processus électoral. « Pour le travail que vous allez faire, vu son caractère et son importance, nous avons décidé de délocaliser cet atelier de l’intérieur du pays pour Conakry. Pendant ces deux jours, nous allons passer en peigne fin l’ensemble des questions et des problématiques liées au travail que vous allez abattre sur le terrain durant des jours. Si vous vous appropriez mal le contenu de votre mission, attendez vous que la restitution aussi soit mauvaise. Et si la restitution est mauvaise, nous n’allons pas atteindre le résultat attendu… », a précisé le Président de la CENI qui na n’a pas manqué de demander l’attention des missionnaires sur ce qui les attendent une fois sur le terrain. Il a renchéri que cette mission est aussi technique, donc une raison de plus selon lui, de poser aux facilitateurs des questions sur tous les passages non assimilés. « Ce travail va être décentralisé. Les uns et les autres iront jusque dans les sous-préfectures. C’est au niveau des sous-préfectures que nous allons adapter ce qui doit l’être. Pendant 10 jours, vous serrer à l’épreuve sur deux sujets majeurs : d’abord la transmission du cadre juridique et institutionnel des futures élections ; puis le second volet sera le mode opératoire accentué sur nos démembrements à la base et la gestion des candidatures, du matériel, la mobilisation et la sensibilisation des uns et des autres et aussi la gestion des résultats qui vont être du ressort de nos démembrements. «  Depuis 10 ans, cette année les citoyens vont designer leurs représentants. Pour la première fois, la CENI en tant qu’institution va organiser ces élections à la base avec toute la responsabilité. L’innovation doit être de règle. Mais cette règle ne peut paraître  que si les missionnaires ont une certaine connaissance sur ce qu’il faut faire pour la réussite des élections locales », a conclu le Président de la CENI, Bakary Fofana.

Aly Badara Condé