Siège de la CENI

Amadou Salif KEBE Président de la CENI

Siège de la CENI

CENI TV

Documents à télécharger

Pour relever le défi de l’organisation des élections communales du 04 février 2018, la CENI s’active sur le terrain pour mettre à jour, la cartographie des bureaux de votes et gérer les candidatures. Dans la circonscription électorale de Mamou, les opérations se passent comme prévu dans le chronogramme.

C’est après l’organisation d’un atelier d’appropriation suivi de la sélection des juristes et des informaticiens que la CENI a procédé à la formation des personnes sélectionnées. En situant sa mission dans son contexte, le délégué du ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation a déclaré à la presse que sa mission se situe dans le cadre d’une innovation de la CENI celle qui consiste pour les démembrements de faire face à l’organisation des prochaines élections de proximité en Guinée. 

Dr. Mamadouba Camara dira que pour une première en Guinée, la CENI expérimente un nouveau logiciel de gestion des candidatures qui facilite aux candidats de suivre le traitement de leur dossier. Il ajoutera que des commissions à cet effet ont été mises en place. « Au moment où je vous parle, les informaticiens sélectionnés sont entrain de suivre une formation sur le logiciel en question. « Si toutes les villes de la Guinée étaient au même niveau d’évolution que Mamou, les élections pourront se tenir avant la date du 04 février 2018. Nous sommes en contact permanent avec tous les autres missionnaires présents sur le terrain en tout cas au niveau de Mamou… » Nous confie le chef de mission.

Abondant dans le même sens, le président de la CEPI de Mamou ajoutera que sa circonscription ne souffre d’aucun handicap en ce qui concerne sa sphère électorale. « Nous avons deux missions simultanées sur le terrain. Nous avons commencé par la cartographie qui approche l’électeur de son bureau de vote et qu’il n’y est pas plus de 600 électeurs dans un bureau de vote. Les listes sont parties et les gens viennent observer pour nous dire ce qu’il faut corriger et ce qu’il faut retenir sur les nouvelles cartes d’électeurs. Quant à la mission de réception et de la gestion des candidatures, à ce niveau aussi, les choses sont préparées et nous attendront le jour j pour rentrer en action. Cette commission, il faut le rappeler comprend 6 membres. La sélection des juristes a été faite par des magistrats du tribunal de première instance de Mamou. A Mamou, nous avons 13 sous-préfectures plus la commune urbaine. Ils sont au nombre de 82 assistants (juristes et informaticiens). Tous les équipements y afférents sont arrivés pour une élection réussie. » Précise M. Aboubacar Keïta.

De son côté, le sous- préfet de Bouliwel, localité située à une trentaine de kilomètres de Mamou, dit que l’innovation de la CENI qui retient son attention est l’implication de tous les acteurs au processus électoral. A la sortie de l’atelier d’appropriation, M. Ibrahima Koné confie ceci : « Ce que j’ai vu à Mamou, m’a beaucoup impressionné. Nous étions mélangés, c’est-à-dire, il y a des policiers, des gendarmes, la société civile, les partis politiques et les représentants d’éventuels candidats indépendants plus nous les administrateurs territoriaux à la base. J’ai vu des journalistes aussi dans la salle. Qui n’était pas là ? Je réponds personne. Tout le monde était représenté. C’est cela la voie qui nous mène à l’organisation d’une élection crédible  et paisible. Les CESPI aussi sont dotées de siège, une première en Guinée. Aux candidats, nous leur disons que les élections ne doivent pas être une source de division. Respectons la voix des urnes… »

Aly Badara Condé