Siège de la CENI

Amadou Salif KEBE Président de la CENI

Siège de la CENI

CENI TV

Ce jeudi 17 août, au siège de l’institution, a eu lieu la cérémonie de passation de service entre le président sortant, Bakary Fofana et Me Amadou Salif Kébé, président entrant de la CENI.

Le Général Bouréma Condé, ministre de l’Administration du Territoire et de ladécentralisation, a présidé cette passation de service. A ses côtés, M. Louceny Camara, ancien président de la CENI et ministre de la Ville et de l’Aménagement du territoire, le Général Ibrahima Baldé, haut commandant de la Gendarmerie nationale et directeur de la Justice militaire, El Hadj Ibrahima Kalil Keita, ancien vice-président de la CENI et Préfet de Siguiri, son Excellence Gerardus Gielen, Chef de la délégation de l’Union européenne, le Coordinateur résident du Système des Nations Unies, le représentant résident de NDI et le coordinateur du Projet PACEG.

Le commissaire Pathé Dieng, Directeur du Département Etudes et Sensibilisation, a remercié tous les invités d’avoir répondu à leur invitation à cette cérémonie solennelle de passation de service entre deux figures de la CENI.

Le porte-parole du personnel d’appui de la CENI, Thierno Amadou Bah, a remercié M. Bakary Fofana pour tout le travail abattu durant les cinq ans qu’il passé à la tête de l’institution, notamment la mise en place d’une administration électorale performante. « A Me Amadou Salif Kébé, président entrant, toutes nos félicitations pour son ascension à la présidence de notre institution. Nous, personnel administratif et technique, appui de la CENI, saisons cette occasion pour réitérer notre entière disponibilité à travailler davantage pour toujours mériter la confiance placée en nous. Nous nous engageons à participer pleinement et efficacement à l’organisation des futures élections avec professionnalisme dans l’équité, la transparence et l’inclusivité afin de hisser la CENI, notre CENI, parmi les institutions dans la construction de la démocratie et de la paix », a déclaré M. Bah.

Le Président sortant, Bakary Fofana, a d’abord rendu hommage à ses prédécesseurs : feu Ben Sékou Sylla, Hadja Mame Camara, le Général Toumany Sangaré et M. Loucény Camara. Pour lui, ce moment est un passage de relais et de responsabilité. Même que ce passage « leur oblige tous à œuvrer au service d’une cause qui nous dépasse, de même qu’elle justifie nos différentes missions dans leurs fonctions respectives, le service de l’intérêt supérieur de la Guinée ». Le Président Bakary Fofana a fait son bilan de 2012 à 2017. Des acquis dont entre autres : la relance du dialogue politique, la révision avec des interruptions du fichier électoral en 2013, la création d’un Call Center, l’élaboration d’un chronogramme qui a permis la tenue des élections législatives du 28 septembre 2013, la production des statistiques électorales à l’issue desdits travaux par le cabinet ICD, la mise en place du Comité Interpartis pour la relance du dialogue avec les acteurs politiques, la société civile, les partenaires techniques et financiers. Ces efforts ont été déployés dans le cadre de l’organisation de l’élection présidentielle du 11 octobre 2015 avec le recrutement d’un nouvel opérateur technique GEMALTO.

Sur le plan institutionnel, la CENI a été doté de structures internes que sont les départements avec leurs administrations et services techniques, l’introduction du GAR (Gestion axée sur les résultats), la création d’une mutuelle de solidarité des travailleurs de la CENI.

Sur le plan des renforcements de capacités techniques et opérationnelles, en 2016 la CENI a intensifié les activités de renforcement de capacités de divers acteurs dans le cadre des formations BRIDGE qui font de l’institution l’une des celles dotées de personnel les mieux formés dans la sous-région. Il a cité la formation en BRIDGE des commissaires et le personnel d’appui, des médias, des députés, des partis politiques, les organisations de la société civile, le personnel technique des démembrements, les préfets. Les commissaires et les cadres de la CENI ont formé en communication électorale. Le dernier est la formation des commissaires et du personnel d’appui en statistique. A ces acquis, M. Bakary Fofana a ajouté l’implication de tous les acteurs à toutes les étapes du processus électoral, l’élaboration et la publication de la deuxième édition des statistiques électorales. S’agissant des démembrements, il a rappelé le changement de statut du personnel d’appui recruté par IFES en personnel permanent dans les démembrements.

Sur le plan du partenariat, en 2016, la CENI a entretenu de partenariats avec de nombreuses institutions multilatérales et des entités étatiques, notamment avec l’A-WEB (Association mondiale des organisations chargées d’organiser des élections). La CENI a signé un protocole d’entente pour l’appui technique et l’assistance matérielle de l’institution électorale Sud-Coréenne. « Ainsi, il prévu dans ce cadre un renforcement de capacités opérationnelles de l’institution, des activités de sensibilisation et la fourniture d’équipements de transmission de résultats sous forme de don pour un montant de 5 millions de dollars. Il est prévu très prochainement l’envoi de trois techniciens de la CENI en Corée du Sud en septembre pour formation sur les matériels ». Qu’en février 2018, il est prévu l’organisation d’un séminaire international de l’A-WEB et la réunion de son secrétariat exécutif à Conakry. Il a poursuivi que la CENI a aussi conclu des accords de principes et un partenariat avec les organismes électoraux du Brésil et de l’Inde. Avec la Francophonie, deux missions ont été organisées autour de la formation et de la mise en place d’une base de fichier de l’état civil. Avec le PACEG et l’ECES, la CENI a bénéficié des appuis de l’Union européenne et du Fond des Nations Unies, notamment des appuis en matériels, en engins roulants ainsi que des formations. M. Bakary Fofana a indiqué que l’incertitude politique n’a pas facilité l’élaboration d’un budget en 2017 et la conséquence sur le plan institutionnel est le non-paiement de sept mois de salaire pour le personnel des démembrements essentiels de l’organisation des élections. « Tout long de ces années, la CENI a souffert dans ses actions de plusieurs contraintes dont entre autres le débat incessant sur le choix de l’opérateur technique et le financement des élections. Ensuite, la question récurrente de la révision du fichier et les incertitudes liées au dialogue politique en 2014, 2015 et 2016, la coordination de l’assistance technique, etc. ». 

Parlant des défis, le président Bakary Fofana a précisé que le défi actuel de la CENI est le paiement des arriérés de salaire du personnel des démembrements, la poursuite de la politique de renforcement des capacités des membres de la CENI, la réalisation du musée électoral de la CENI dont les travaux sont avancés grâce au partenariat avec les archives nationales, la poursuite et la finalisation du partenariat avec l’A-WEB et de préserver et développer également les acquis internes, notamment la mutuelle de solidarité de la CENI. Même que pour les trois prochaines années, la CENI devrait organiser trois consultations électorales majeures qui seront pour le pays, au-delà des aspects humains, politiques, logistiques et financiers, un test de maturité démocratique. Il s’agit des élections locales dans le contexte de la loi électorale amendée, les élections législatives et présidentielles respectivement en 2018 et 2020. « Avant de terminer, je voudrais remercier l’ensemble du personnel de la CENI, mes collègues commissaires, le personnel à l’intérieur du pays pour tous leurs appuis au cours de ces années de dur labeur, de fraternité et d’amitié. Je remercie tous les acteurs politiques, de la société civile pour leur engagement aux côtés de la CENI ainsi que les médias et nos partenaires techniques et financiers qui n’ont jamais fléchi tout le long de ces années. Je remercie également le gouvernement guinéen pour son appui et son accompagnement sans lesquels certainement la CENI n’aurait jamais atteint ces résultats. Je remercie le Chef de l’Etat pour la confiance placée en moi et à mes commissaires pour diriger l’institution tout au long de ces années. Je renouvelle mes vœux de réussite à M. Salif Kébé, à tous les commissaires et à tout le personnel ici présent, je leur souhaite une excellente réussite, car leur réussite sera celle de la Guinée », a conclu M. Bakary Fofana.

Le nouveau président de la CENI, Me Amadou Salif Kébé, a rappelé que ce jeudi est une journée exceptionnelle, car elle marque la consécration d’une lutte découlant d’un sursaut de prise de conscience de tous les membres de la grande famille CENI. Me Kébé a rappelé de passage qu’il y a quelques jours leur action a été interprétée de mille manières. « Nous avons ensemble, en toute responsabilité, osé posé un acte souverain le 4 juillet 2017, celui d’organiser une assemblée plénière élective en utilisant les dispositions légales en l’occurrence l’article 17 de la loi portant la création, organisation et fonctionnement de la CENI qui a porté ma modeste personne à la tête de l’institution. Ceci n’est nullement un mérite personnel, mais plutôt l’effort de l’ensemble des commissaires».

Il estime que relever des défis et combler des attentes requièrent de leur part l’exercice effectif des attributs et principes qui guident la CENI, à savoir son indépendance, son professionnalisme, son impartialité, sa responsabilité et le souci de servir le pays. « La CENI a d’énormes responsabilités, une mission régalienne à accomplir face au peuple tout entier qui celle de la promotion et de l’enracinement de la démocratie dans notre pays. Vous conviendrez avec moi que cette mission noble ne peut être accompli que la stabilité, la cohésion, l’inclusivité et la confiance mutuelle entre les membres de l’institution sont assurées. Je puis vous assurer que je m’y emploierai sans relâche, car je suis conscient du fait que nos dignités individuelles et collectives tant souhaitées en dépendent. Pour rester fidèles à cette vision, nos actes de tous les jours doivent rimer avec les vertus de transparence, d’indépendance, d’impartialité, de professionnalisme et de rigueur ». Près de cinq ans de parcours ensemble, Me Kébé a souligné qu’ils ne manqueront pas de volonté ni de savoir-faire pour en tirer les leçons afin de consolider et de préserver les acquis, corriger les  insuffisances et explorer de nouveaux chantiers.

Selon lui, il y a lieu de donner une nouvelle dimension à notre plate-forme d’échange qui est le Comité inter-partis. Qu’il s’agira de bâtir des valeurs autour des axes stratégiques de renforcement de la gouvernance interne, de promotion de la participation citoyenne indispensable à la transparence, de la bonne conduite des opérations électorales indispensables à la crédibilité du processus électoral. « Le renforcement de la gouvernance interne passe nécessairement par la réactualisation du règlement intérieur et la poursuite du renforcement des capacités de tous les travailleurs.  L’humanisation de la gouvernance interne et la mise en confiance des travailleurs font partie de notre préoccupation. Nous voulons rassurer à cette occasion le chef de l’Etat Alpha Condé de l’engagement de la CENI à être aussi à l’avant-garde de la promotion des bonnes relations avec toutes les autres institutions de la République sans en feindre au principe de la séparation et à l’équilibre des pouvoirs ». Enfin, le Président Me Amadou Salif Kébé a remercié tous ceux qui ont toujours soutenu la CENI dans l’accomplissement de sa mission.

Le Général Bouréma Condé, ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, a remercié le président sortant, Bakary Fofana « qui, au cours des cinq années passées à la tête de la CENI, a eu son actif l’organisation de deux élections majeures et capitales pour notre pays et salué la foi avec laquelle il a su affronté les nombreux défis qui interpellent notre système électoral national dont les multiples méandres ont toujours été truffées d’embûches ».

Le ministre a rappelé que cette crise majeure dont les conséquences auraient pu impacter le cheminement normal de la jeune démocratie vient d’avoir un dénouement heureux au sein de la CENI. Il a remercié et félicité les commissaires pour la maturité et la sagesse qui ont prévalu durant cette crise. « Vous prenez les commandes de cette institution dans un contexte que vous appréciez déjà mieux que quiconque. Vous garderez permanent dans votre esprit et ce dans chaque décision ou acte que vous poserez désormais ce contexte. Nul doute que vos qualités exceptionnelles de conciliateur et votre bonne capacité d’écoute vous seront utile aux commandes du navire CENI. Ça ne sera que juste reconnaissance à l’endroit de vos collaborateurs commissaires de l’institution. Votre leadership et votre sens managérial vous permettront de galvaniser toutes les énergies et de valoriser toute l’expertise que recèle votre institution afin de renforcer l’unité d’action pour concrétiser l’appel qui vous a été solennellement lancé par le Président de la République l’organisation dans les meilleurs délais des élections locales dans notre pays », a-t-il interpelé Me Kébé avant de l’inviter à développer un partenariat dynamique et inclusif avec tous les acteurs et intervenants du processus électoral dans le strict respect des obligations légales des uns et des autres. 

Enfin, le Général Bouréma Condé a fait comprendre au président sortant, Bakary Fofana, que compte tenu de ses « capacités professionnelles, intellectuelles" la Guinée en a besoin et qu’elle en aura toujours besoin.

La cérémonie a pris fin par la signature des procès-verbaux et l’installation du nouveau Président, Me Amadou Salif Kébé dans son bureau.

Souana Doré