Siège de la CENI

Amadou Salifou KEBE Président de la CENI

Siège de la CENI

CENI TV

Le Bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et du Sahel (UNOWAS) en partenariat avec la Division de l’Assistance électorale des Nations unies (DAE) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) vient d’organiser du 25 au 26 juillet à Conakry, un séminaire sous régional portant sur les leçons tirées des élections de 2015 et 2016 en Afrique de l’Ouest.

Ont pris part à cette rencontre d’échange des membres d’organes de gestion des élections des 16 pays de l’Afrique de l’Ouest, des représentants du PNUD et d’OSIWA.

L’objectif est de dégager les forces et les faiblesses de ces processus électoraux et de faire des recommandations en vue de consolider les acquis et de corriger les faiblesses identifiées.

Pour le général Siaka Sangaré, délégué général aux élections du Mali et président du réseau des compétences électorales francophones, c’est une rencontre de données et de recevoir qui a permis à la quarantaine de participants de partager toutes les expériences positives. Il précise que qu’une expérience est la somme des échecs et des réussites.  « Nous avons mis un accent particulier sur les expériences positives. Il y a des exemples : la centralisation des résultats au Nigéria, la sécurisation du processus électoral au Burkina Faso, le découpage électoral en Guinée, les listes électorales au Bénin, les problèmes logistiques en Côte d’ivoire. C’est ce qui nous a permis de capitaliser les acquis des processus électoraux de 2015 et 2016", a-t-il rappelé.

Parlant du Mali, l’ancien président de la CENI de Guinée soutient que la réussite de la dernière présidentielle est due en partie aux leçons tirées depuis 1997. M. Sangaré déclare : « Autour de la table, nous avons identifié les forces et surtout les limites que nous avons corrigé. Cela nous a permis de mettre en place un système électoral consensuel accepté par toute la classe politique ». Dans ces conditions, soutient-il, les résultats doivent être acceptés. "C’est à peu près la même chose au Bénin. C’est-à-dire qu’on imprime aux opérations électorales un caractère consensuel depuis la conception des listes électorales jusqu’à la proclamation des résultats et toutes les parties prenantes sont associées". Même qu'au Mali, ils étaient très heureux que le perdant, Soumaila Cissé, se déplace avec toute sa famille pour féliciter le gagnant, Ibrahima Boubacar Keita qui est aujourd’hui aux affaires.  

Pour sa part, Jacques Gbonimy, Directeur du Département Formation et accréditation de la CENI-Guinée, est revenu sur les thématiques développées que sont : les OGE (organes de gestions des élections) et leur fonctionnement; la gestion des résultats ; la participation des jeunes et des femmes au processus électoraux. Il a précisé que tout cela va dans le sens des bonnes pratiques dans la gestion élections en Afrique de l’Ouest. Jacques Gbonimy a conclu que : « La CENI de Guinée est représentée par trois personnes : Dr Amadou Kaba, Jacques GBonimy et Mme Camara Djenab Touré qui a fait une communication sur la gestion du fichier électoral en République de Guinée. La Guinée participe activement à cet atelier et nous pensons que les retombées seront bénéfiques pour notre CENI et nous en sommes très satisfaits".

Alhassane Barry