Siège de la CENI

Amadou Salif KEBE Président de la CENI

Siège de la CENI

CENI TV

Selon le commissaire Mamadou Pathé Dieng, conformément au TDR, ce travail d’identification et de relocalisation, malgré sa complexité, se passe très bien.

« Cette mission est la suite de la mission de rattachement des bureaux de vote aux secteurs. Notre équipe technique, notamment Chérif Haïdara et Mamadi Binta Keita, ont eu à sillonner les préfectures de Tougué, de Koubia et de Mali. Ce qui nous a été rapporté, c’est que tout se passe très bien. Il n’y a pas de problèmes majeurs. Les différentes autorités impliquées dans le processus, les démembrements de la CENI et l’ensemble des parties prenantes se sont mobilisés massivement  pour conférer à cette opération le succès attendu », s’est-t-il réjoui le directeur du département Etudes et Sensibilisation.

Pour lui, il y a un certain nombre de problèmes au niveau des communes urbaines, notamment par rapport aux listes qui n’ont pas été très bien imprimées. « À Labé, certains quartiers sont impliqués dans cette affaire. Donc, nous avons procédé au découpage de ces listes pour mettre les différents quartiers et les différents secteurs dans leurs lieux respectifs. Et cela se passe bien », a rassuré M. Dieng.

Parlant de l’éclatement des bureaux de vote qui ont plus de 700 électeurs, le Directeur de la sensibilisation et d’études a dit qu’il y a moins de 10 bureaux qui sont concernés dans la préfecture de Labé. « À Labé, il n’y a que 9 bureaux de vote qui sont concernés dont sept (7) multi sectoriels (c’est-à-dire, plusieurs secteurs rattachés à un seul bureau de vote) et  deux uni-sectoriels (un seul secteur qui est dans un bureau de vote) dont les chiffres dépassent700. Nous allons procéder à cette étape. Je pense que nous aurons accompli la mission qui nous a été assignée. La remarque générale est que depuis 2010, tous les bureaux de vote sont rattachés aux quartiers. Maintenant, nous sommes en train de ramener les bureaux de vote aux secteurs, puisqu’il s’agit des élections de proximité. Les électeurs pour ces élections locales doivent être ramenés dans leur circonscription de base. Depuis 2010, nous nous sommes rendus compte et ce jusqu’à la présidentielle de 2015 que les électeurs éprouvent beaucoup de difficultés en votant dans le délai légal imparti. Cela nous amène au-delà de 18 heures prévues pour la clôture de vote. Le retard dans la fermeture des bureaux de vote est généralement dû au nombre d’électeurs inscrits dans les bureaux de vote. », a précisé M. Pathé Dieng.

De son côté, Haïdara Mohamed Cherif, superviseur technique de la région de Labé, s’est dit heureux du bon déroulement de ces opérations. Cependant, il dit avoir rencontré quelques difficultés comme le mélange des districts sur une même liste. « Ce qui fait que les démembrements sont obligés de couper les listes pour permettre aux électeurs de s’identifier et de pouvoir procéder à leur relocalisation. L’autre problème auquel on est confronté, c’est le problème d’enclavement. Les routes sont impraticables… Sur certaines listes, on retrouve deux ou trois districts sur la même liste. Cet état de fait oblige les démembrements à couper les listes et donner aux électeurs leur permettant d’être identifié puis relocaliser dans leur secteur. Cette opération n’est pas une révision, c’est une correction qui ne concerne que ceux qui sont éloignés de leur bureau de vote», a conclu le coordinateur régional de la région de Labé.

Aly Badara Condé