Bakary FOFANA
Siège de la CENI

Bakary FOFANA

Président de la CENI

Siège de la CENI

CENI TV

Du 27 septembre au 1er octobre, une équipe multimédia de la CENI a sillonné les circonscriptions électorales de Faranah, Kissidougou, Guéckédou et Macenta pour voir comment la mission de relocalisation des électeurs et de l’actualisation de la cartographie des bureaux de vote se déroule sur le terrain.

Faranah

La préfecture de Faranah compte une commune urbaine et onze Communes Rurales soit 12 circonscriptions électorales.

Sous la supervision de Dr. Amadou Kaba, Directeur du département Transparence, assisté de M. Samory Camara, superviseur informaticien, ce travail connait un engouement chez les citoyens selon le chef de mission.

Deux grandes étapes ont meublées l’opération, celle qui a conduit au recrutement des opérateurs informaticiens au niveau local et celle de la mise en œuvre sur le terrain précédées de l’atelier d’appropriation par les membres des démembrements, les autorités locales, administratives et de la cellule de suivi du processus électoral au niveau de la préfecture. L’objectif ? Expliquer la procédure d’identification des électeurs mal affectés pour les ramener dans de BV proches d’eux, au besoin éclater les BV de plus de 700 électeurs et créer de nouveaux BV là où c’est nécessaire. Depuis que l’activité a débuté par l’affichage des listes avec les renseignements, les personnes intéressées viennent pour la vérification de leurs BV.

Selon M. Mamadou Kandé, chef de quartier Mosquée, dans le Commune urbaine, l’opération se déroule bien ce malgré les difficultés qu’on a rencontrées pour identifier les listes par quartier. « Toutes les listes sont mélangées. Les listes de notre quartier par exemple se sont retrouvées dans le quartier Mosquée Marché, c’est comme ça par tout dans la commune urbaine. Cela risque de jouer négativement sur le temps imparti pour l’opération. Dans ce quartier, il y a des électeurs à relocaliserdans les secteurs de Sinikiria vers le district de Bourama  ce sont des citoyens qui sont à plus 7 Km de leurs VB ».

Lors de la présidentielle de 2015, ces électeurs avaient eu des difficultés pour voter. Depuis ils menacent le chef de quartier sils ne votent pas cette fois ci auprès de chez eux. Pour le chef de quartier cette opération est une occasion pour ces électeurs de pouvoir jouir de leur droit de vote.

Kissidougou

A l’image de Faranah, à Kissidougou, l’opération de relocalisation se poursuit avec les mêmes difficultés au niveau de la Commune urbaine. Après l’atelier d’appropriation à la CEPI, les acteurs concernés par l’activité ont procédé à la répartition des commissions de travail pour aller dans les CESPI assister les présidents des Districts et chefs Secteurs pour le remplissage des fiches et la remontée des données. Ici aussi les listes de la Commune urbaine sont toutes mélangées. Dans les 24 quartiers que compte la commune urbaine, les membres de la CEPI ont été obligés de découper les listes par quartier et les remettre aux chefs de quartier pour l’affichage.

Selon le président de la CEPI, Fantamady Camara, 13 bureaux de vote ont plus de 700 électeurs dans la commune urbaine dont neuf sont à éclater.

Dans la CESPI de Yendé Millimou, ce sont 165 électeurs qui ont été repérés et envoyés à Koundou dans le District de Fayadou. Concernant l’éclatement, 5 bureaux de vote ont été éclatés à Gbangbadou dans le District de Eyako. Là aussi le problème dans la non prise en charge des chefs secteurs et président de Districts par  la CENI a été signalé.

Guéckédou

Cette circonscription électorale compte une Commune urbaine et 10 Communes rurales. Les mêmes problèmes d’ordre technique et administratif se révèlent, listes mélangées au niveau de la commune urbaine et non prise en charge des autorités à la base.

Ayant suivi la même procédure pour la mise en œuvre de l’activité sur le terrain, le président de la CEPI Robert Kamano, avec le chef de mission, Sékou Doukouré et les membres de la CEPI, en collaboration avec les présidents des CESPI, les chefs des quartiers et districts font des tournées de supervision pour s’assurer du déroulement de l’opération sur le terrain. Pour le moment, c’est à Temessadou qu’un problème administratif est signalé depuis 2013. Il y a le cas de 400 électeurs qui habitent à plus de 27 Km. Selon le président de la CEPI, ces électeurs sont  d’un District non reconnu dans le découpage administratif actuel. Si par le passé, ils pouvaient voter pour les élections nationales, force est de reconnaitre que cette fois-ci, il y a une forte chance que ces citoyens ne puissent pas s’acquitter de leur devoir civique.

A Tekoulo, commune rurale situé à 40 Km de Guéckédou, deux nouveaux bureaux de vote ont créés à Teldou et à Fandou Yema.

Macenta

Selon le chef de mission, Abdoulaye Ben Camara, les activités ont débuté avec beaucoup de retard. Ce retard serait dû à l’impression des listes à Conakry, mais aussi à l’incompréhension entre les autorités locales et la CEPI pour le paiement des primes des chefs quartiers dans la commune urbaine.

Au niveau des communes rurales, les opérations avancent à la satisfaction de la mission. A Sengbendou par exemple, l’opération est terminée selon le président de la CESPI, M. Alpha Condé. Même que l’implémentation des données a commencé déjà dans l’ordinateur.

Pour Mme. Marie-Louise Dopavogui, présidente de la CEPI, cette opération est salutaire dans la mesure où cette fois-ci tous les électeurs seront proches de leurs bureaux de vote. Parce que tous les bureaux de vote ont été rattachés aux secteurs, cela facilite le mouvement des électeurs le jour du vote.

Dans les quatre préfectures visitées, aucune ne semble pouvoir respecter le délai imparti pour la mission compte tenu des aléas rencontrées sur le terrain.

Oumoul Khairy Chérif