Bakary FOFANA
Siège de la CENI

Bakary FOFANA

Président de la CENI

Siège de la CENI

Le 29 septembre, l’équipe multimédia de la CENI était dans la commune de Ratoma. La commune compte 34 quartiers, 211 secteurs. Elle a 909 bureaux de vote et 483 856 électeurs.

La CENI a déployé sept informaticiens dans la commune.

M. Jean-marc Béavogui, président de la CECI de Ratoma, a dit : « Les difficultés sont énormes. Parce que sur les 34 quartiers, je ne sais pas s’il y a un quartier qui a eu tous ses secteurs au complet. Les listes elles-mêmes sont pêles-mêles. Vous avez sur une même liste trois ou quatre quartiers. Quand on nous a dit il faut les couper, j’ai dit… Parce que s’il faut couper toutes ces fiches, nous allons rester jusqu’en fin novembre. Dieu seul sait on pourra être prêt pour le 18 décembre. Malgré tout ce que nous avons dit à Kindia et dans les ateliers que la CENI a organisé depuis la préparation de l’élection présidentielle jusqu’à aujourd’hui, aucune liste d’émargement ou d’affichage n’est par ordre alphabétique. Tout est pêle-mêle. Vous rencontré un Barry ici, vous trouvez un Camara de l’autre côté sur la même fiche ».

Des secteurs disparus

Selon M. Béavogui, il y a pour le moment 19 secteurs des quartiers Lambagni, Hamdallaye, Ratoma centre, Kipé qui n’ont pas été retrouvés « Pour le moment ce qui nous est parvenu, à Hamdallaye, il y a le secteur Yagar qu’on n’a pas trouvé du tout. A Yattayah centre, il y a les secteurs Cimetière, Marché, Plateau. A Nassouroulaye, il y a les secteurs Carreaux, Missira, Sekouna et Pharmacie. A Hamdallaye mosquée, il y a les secteurs Rails et Mosquée centrale. Le problème qu’ils ont créé dans ce quartier, vous savez il y a un secteur qu’on appelle Kankankoura, il y a deux Kankankoura dont un dans Taouyah et l’autre dans Hamdallaye mosquée. Qu’est-ce que la machine a fait ? Ils ont sorti tous les électeurs de Kankankoura de Hamdallaye mosquée, on les a envoyés dans Taouyah. Ces électeurs disent qu’ils n’iront pas à Taouyah. Ils ont raison parce que ces problèmes ont été débattus plusieurs fois avec les techniciens de la CENI. Les secteurs Mosquée, Permanence, Plateau et Kakimbo dans le quartier Ratoma centre. Vous avez les secteurs manquants complètement, il y a Dadiya, Morifodéya, Kakimbo dans Kipé. Il y a aussi des secteurs incomplets comme Africof et Marché dans Lambangni ».

Pour le président de la CECI, la solution à tous ces problèmes, c’est de réimprimer les listes. « Cela va coûter ce que cela va coûter. Sinon ce qu’ils ont envoyé comme ça, c’est une perte sèche. Si on veut aller aux élections, il faut refaire ces listes. Si les cartes d’électeurs viennent dans ces conditions-là, on ne va pas s’en sortir ».

Pas d’engouement

Avec les sept informaticiens, la CECI a fait sept groupes de quartiers. A chaque groupe de quartiers, des commissaires de la CECI sont envoyés pour suivre les travaux. Les informaticiens sont déployés selon les quartiers et font la rotation entre les quartiers dans chaque groupe. « Malheureusement, j’ai vu qu’il n’y a pas d’engouement. Il y a des quartiers depuis qu’ils ont commencé, ils n’ont pas enregistré plus de cinq personnes. A mon avis, il y a la désinformation. Sinon quand on a fait la réunion avec les chefs de quartiers, on leur a dit puis que le seul créneau d’information, c’est dans les mosquées, il faut passer l’information dans les mosquées. Et  les informations ont effectivement passé dans les mosquées. Mais je ne sais pas d’où  vient la désinformation ». Pour lui, les listes devraient être affichées pour que les gens viennent voir avant décider d’où ils veulent aller.

Il faut noter que la chef de mission de la commune de Ratoma est Hadja Fatoumata Biya Diallo, vice-présidente de la CENI.

Souana Doré